annuaire internet
Annuaire kinésitherapie
annuaire

Ressources en Kinésithérapie - Guide Web du Kiné

Arthrologie (14)
Membre Inférieur, Membre Supérieur, Tronc

Cinésiologie (12)
Membre Inférieur, Membre Supérieur, Tronc

Myologie (11)
Membre Inférieur, Membre Supérieur, Tronc

Ostéologie (45)
Membre Inférieur, Membre Supérieur, Tronc




Articles à découvrir :
New
Introduction à l'anatomie du Membre Inférieur
Science qui étudie, découpe et décrit.
L’anatomie se décrit par rapport à une position anatomique (du soldat garde à vous) : corps humain debout, talons joints, pieds écartés environ 30° et membres supérieurs pendants le long du corps, paume de la main dirigée vers l’avant.

1) Anatomie générale (descriptive, topologique et fonctionnelle)

Description du fémur et de l’humérus : il y a une tête, un col et une diaphyse. (fémoral ou huméral)

L’axe vertical passe au centre du corps, par le point de gravité en dessous du nombril, en avant de la 2ème vertèbre sacrale. (S2)
Pour l’axe de la main, on prend le 3ème doigt et pour le pied, l’axe anatomique passe par le 2ème orteil.

Il y a 3 plans : frontal, sagittal et horizontal :

Plan sagittal (antéro-postérieur) : tout plan vertical divisant le corps en deux parties droite et gauche et donne deux faces symétriques. Il peut se déplacer.

Par rapport au plan sagittal : médial (dedans), c’est-à-dire proche du plan sagittal principal qui passe par G et par opposition. : latéral (dehors).

Plan frontal ou coronal : c’est tout plan vertical dirigé du côté droit vers le gauche et séparant le corps en deux parties antérieure et postérieure. Antérieur : en avant du plan. :

Par rapport au plan frontal : on peut dire antérieur (palmaire ou plantaire), ventral ou avant
Et le contraire : dorsal derrière ou postérieur

Plan horizontal : perpendiculaire à l’axe vertical du corps et le séparant en deux parties haute et basse.
Par rapport au plan horizontal : supérieur, haut ou crânial et opposition : caudal, bas

Tous ces plans peuvent se déplacer et se croisent en un point.

2) Description anatomique d’un élément :

On commence par donner la situation et l’orientation de l’élément par rapport à ces trois plans et à la position anatomique.
L’orientation est donnée par rapport à la position la plus accessible.
Le fémur : direct de bas en haut et pour la clavicule on parle de position verticale.

Mots importants :
proximal : proche de la racine d’un membre (supérieur et inférieur), ce qui est proche du tronc (racine du bras, c’est l’épaule)
distal : loin de la racine du membre.
Superficiel (proche de la peau, externe) et profond (ou interne) par rapport à la surface de la peau.
Intime : plus profond qu’interne
Apical : apex = sommet, c’est le vertex, le sommet du crâne et par opposition : basal
Axial : c’est par rapport à l’ axis, la 2ème vertèbre cervical (muscle de la colonne vertébrale)
Supra ou sus : au-dessus et infra et sub : en dessous
Homo-latéral (même côté que le côté dont on parle) opposé à contro-latéral



[pagebreak]

3) Domaine d’étude :

A) Ostéologie : étude des os.
C’est la charpente (le squelette) du corps entouré par des articulations. (partie molle)

Trois types d’os :
Os long : une de leur trois dimensions est plus importante par rapport aux deux autres. (fémur)
Os plats : deux dimensions petites par rapport aux trois
Ex la scapula (omoplates)

Os courts : les tarses (dans le pied)

Les os longs ont deux extrémités ou épiphyses et entre les deux, la diaphyse : le corps de l’os et entre les deux : la métaphyse.

Les os ont des formes variables :
Les saillies : régulières, recouvertes de cartilage et articulaire
Les saillies irrégulières non articulaires sans cartilage : apophyse (long), tubérosité (fesse dure), protubérance, tubercule, épine, éminence ou bosse, crête (élément qui s’attache sur l’os ), excroissance
Cavités articulaires.
Elles sont régulières, lisses et recouvertes de cartilage.
Exemple : acétabulum (anciennement cotyle) sur l'os coxal.


Cavités non articulaires.
fovéa, sillon, foramen (trou), incisure (creux)
Ce sont des cavités de réception, d’insertion, de passage et elles ont différents noms.



B) Arthrologie : étude des articulations

Classées en fonction de leur mobilité :
sans mouvement ou immobile = articulation fibreuse (synarthrose)
semi-mobile = articulation à cartilage (amphiarthrose)
ex : symphyse pubienne, le disque intervertébral
à grande mobilité = articulation à synoviale (diarthrose)

Il y a six types d’articulation à synoviale (à grande mobilité) :

1) Sphéroïde (énarthrose) : articulation scapulo-humérale avec 3° de liberté (aptitude à ce mouvoir dans un plan ou une direction)
2) Ellipsoïde (condylienne qui a 2° de liberté) ex : articulation fémoro-tibiale, radio-carpienne (poignet)

3) Ginglyme (trochléenne) comme un diabolo
ex : fémoro-patélaire, huméro-ulnaire, talo-crurale, avec 1° de liberté.

4) Trochoïde : portion de cylindre, 1 seul degré de liberté
ex : radio-ulnaire

5) En selle (toroïde) : c’est concave et convexe (selon le plan perpendiculaire)
ex : commissure de la main entre le pouce et l’index
ex : articulation sterno-claviculaire, trapézo-métacarpienne

6) Plane (arthrodie) : 6° de liberté
exemple des deux mains mises à plats l’une sur l’autre
ex : acromio-claviculaire, bicondylaire.

[pagebreak]
Articulation à synovial, trois éléments :
surface articulaire indépendante des os, et recouverte de cartilage (les six types ci-dessus)
Moyen d’union, en périphérie du cartilage : une capsule, c’est un manchon fibreux qui englobe complètement l’articulation et qui s’attache au voisinage du cartilage, cette capsule est renforcée par des ligaments, éléments fibreux et résistants.
Elle est renforcée par des ligaments (épaississements capsulaire ou ligaments à distance).
Présence d’une membrane synoviale : c’est une membrane, un tissu qui tapisse la face profonde de la capsule, s’attache au pourtour du cartilage et se réfléchit (change de direction) aux insertions capsulaires.
La synoviale est là pour fabriquer du liquide synovial et ce liquide assure la lubrification des surfaces articulaires et participe à la nutrition du cartilage (la trophicité)

Sur les côtés, pour stabiliser les articulations, il y a des ménisques.
Ces articulations à synoviales peuvent posséder des éléments fibreux qui vont venir améliorer les surfaces de contact entre les surfaces articulaires, et donc améliorer la stabilité. (brident peu la mobilité)

Deux types :
-labrum ou bourlet, espèce d’anneaux
-ménisques, croissant de lune


Il existe aussi des synarcosses ,ce ne sont pas des articulations au sens anatomique mais des plans de glissement constitués par du tissu cellulo-graisseux qui va s’interposer entre 2 surfaces (généralement musculaires) et leur permettre de glisser l’une par rapport à l’autre.
Exemples : la ‘fausse’ articulation scapulo-thoracique, la bourse synoviale sous-acromio-deltoïdienne.


C) La myologie : étude des muscles
Il en existe différentes formes de muscles : fusiformes, plats, annulaires ou circulaires, longs, larges, effilés, épais, penniformes (plume).

Un muscle a une partie contractile (développe une force quand il se contracte) et a une partie tendineuse non contractile qui sert d’attache entre le muscle et l’os.

D) Neurologie : étude des structures nerveuses

E) Angiologie : étude des vaisseaux.
Categorie :




Mots clés populaires, Top Kiné :

#   A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T   U   V   W   X   Y   Z  


Statistiques du site

Nombre d'articles :
Nombre de Categories :
Nombre de Membres :

82
54
2362


Index des Catégories Principales
Top 10 articles populaires

Annuaire de la Kinesitherapie