annuaire internet
Annuaire kinésitherapie


Les muscles du tronc
 
36
Les muscles du tronc
#

Les muscles du tronc.

Les muscles du tronc peuvent être séparés en plusieurs groupes : postérieur, antérieur, latéral et les muscles du thorax.

I) Le groupe postérieur

Il est constitué de quatre plans, un plan profond, (muscles spinaux ou para vertébraux), un plan des petits dentelés, un plan des rhomboïdes, et un plan superficiel (grand dorsal et trapèze).

1) Le plan profond :

Il y a cinq muscles : l’inter épineux, l’épineux, le transversaire épineux, le longissime et l’ilio-costal.
Le transversaire épineux, ilio-costal et longissime sont indifférenciés à la partie basse du tronc, formant ainsi l’érecteur du rachis (masse commune).


Le muscle inter-épineux :

Il y en a tout le long du rachis, petit muscle.
On en trouve deux par étages, placés de part et d’autre du ligament inter-épineux.
Il s’attache au bord inférieur d’un processus épineux et au bord supérieur du processus épineux de la vertèbre sous-jacente.
Il est souvent absent au niveau thoracique moyen.
Il est extenseur.


Le muscle épineux :
Anciennement épi-épineux.

Il y en a deux.
Muscle aplati transversalement, situé le long des processus épineux.
On le trouve entre T1 et L2
- Origine :
Face latérale des processus épineux T11, T12, L1, L2.

- Trajet :
Les fibres se dirigent verticalement vers le haut et se terminent sur les faces latérales des processus épineux des dix premières thoraciques.
Les fibres médiales sont les plus courtes et les latérales sont les plus longues.

Il fait de l’extension du tronc, et peut participer à l’inclinaison.


L’érecteur du rachis :

Il constitue la partie basse des trois muscles spinaux : le transversaire épineux, l’ilio-costal et le longissime.
Il est constitué d’une masse tendineuse et d’une masse charnue.
La lame tendineuse est postérieure et superficielle, elle constitue le fascia lombal, qui est lié avec l’aponévrose du grand dorsal.

- Origine :
Lame tendineuse s’attache :
Sur l’os coxal, crête iliaque, partie postérieure, jusqu'à l’EIPS et la tubérosité iliaque.
Sur la crête sacrale médiane.
Apex des processus épineux des vertèbres lombales (quatre dernières)
Et ligament inter épineux correspondant.
La partie charnue de l’érecteur s’attache à la face antérieure du fascia lombal.
Ce corps charnu se différencie pour donner le transversaire épineux, le longissime en dedans, et l’ilio-costal en dehors.

[pagebreak]
Le transversaire épineux :

Il est formé de nombreux petits faisceaux qui passent devant une à quatre, parfois cinq unités fonctionnelles.
Ils sont disposés en chevrons de part et d’autre de la ligne médiane.
On décrit un motif formé de quatre faisceaux.

Deux types de motifs :

- Pour Trolard : ces quatre faisceaux sont issus d’une transverse et monte se terminer sur la lame ou le processus épineux des quatre vertèbres sus-jacentes.

- Pour Winckler : ces quatre faisceaux s’attachent à la lame et au processus épineux d’une vertèbre et descendent pour se fixer sur le processus transverse des quatre vertèbres sous-jacentes.

Façon Trolard
Des quatre faisceaux, le plus court est un faisceau court lamellaire :
- origine : sur la transverse
- trajet : dedans, haut, arrière
- terminaison : première vertèbre sus-jacente, bord inférieur de la lame, moitié latérale.

Le deuxième faisceau est le faisceau long lamellaire :

- Origine : même origine
- Trajet : haut, dedans, arrière, un peu plus vers le haut et vers l’arrière.
- Terminaison : deuxième vertèbre sus-jacente, au niveau du bord inférieur de la lame, moitié médiale.

Le troisième faisceau est le court épineux :

- Origine : même origine
- Trajet : un peu plus vertical et un peu plus vers l’arrière
- Terminaison : troisième vertèbre sus-jacente, au niveau du bord inférieur du processus épineux, moitié antérieure.

Le quatrième faisceau est le lpng épineux :

- Origine : même origine.
- Trajet : un peu plus vertical vers le haut, et un peu plus vers l’arrière.
- Terminaison : quatrième vertèbre sus-jacente, au niveau du bord inférieur du processus épineux, moitié postérieure.

Les faisceaux lamellaires forment les faisceaux rotateurs, les faisceaux épineux sont dits multifides.

Action :
Il est extenseur, et fait un peu d’inclinaison homo-latérale.
Il fait de la rotation contro-latérale.


Le longissime :
Anciennement long dorsal.

Muscle allongé verticalement, situé à la partie postéro-médiale du transversaire épineux.
Son volume décroît de bas en haut.
Il va de l’érecteur du rachis à la deuxième vertèbre thoracique et à la deuxième côte.
Trajet : presque vertical.
A chaque niveau se termine un faisceau médial et un faisceau latéral.

Le faisceau médial se termine au niveau lombal sur le processus accessoire de la transverse, et au niveau thoracique, à l’apex du processus transverse.

Le faisceau latéral se termine au niveau lombal au bord inférieur du processus transverse, et au niveau thoracique, au bord inférieur de la côte, en dedans de l’angle costal.

Action :
Extenseur du rachis, et inclinaison homo-latérale.


[pagebreak]
L’ilio-costal
anciennement sacro-lombaire.

C’est un muscle qui est plus volumineux que le longissime, il est placé latéralement à celui-ci, et en arrière du transverse épineux.
Il va de l’érecteur du rachis jusqu'à la troisième vertèbre cervicale.

Il est formé de trois portions :

- l’ilio-costal lombal :

Il naît du fascia lombal, ces fibres montent verticalement, et se terminent au niveau lombal sur le bord inférieur du processus transverse, près de l’apex, et au niveau thoracique, à l’angle des six dernières côtes.

- l’ilio-costal thoracique :

Il naît du bord supérieur des six dernières côtes, en dedans de l’angle.
Ses fibres montent à peu près verticalement et se terminent à l’angle des six premières côtes.

- l’ilio-costal cervical :

Il naît au bord supérieur des six premières côtes en dedans de l’angle.
Il se dirige en haut, en dedans, et en avant.
Il se termine sur les cinq dernières cervicales (de C3 à C7), sur le processus transverse, tubercule postérieur.


Action :
-pour les portions lombales et thoraciques :
extension, inclinaison, un peu rotateur homo-latéral.

Innervation du plan profond du groupe postérieur : rameau postérieur des nerfs rachidiens correspondants.


2) Plan des petits dentelés

Ce sont deux petits muscles quadrilatères, aplatis d’avant en arrière, formés de trois ou quatre faisceaux chacun et situés à la partie haute et basse de la région postérieure du thorax.

Ces deux muscles sont reliés entre eux par un fascia : fascia des petits dentelés.
Le petit dentelé postérieur et supérieur

-Origine :
Partie basse du septum nuchal ou ligament nuchal et processus épineux face latérale des deux dernières cervicales et des deux premières thoraciques et ligament inter-épineux correspondant.

-Trajet : les faisceaux sont obliques en bas et dehors.

-Terminaison : bord externe de la première côte et à la face externe des trois suivantes, en dehors de l’angle.

Action :
Elévateur des côtes donc inspirateur.

Le petit dentelé postérieur et inférieur

-Origine :
Face latérale des processus épineux de T11 à L2, L3 et le ligament inter-épineux correspondant.

-Trajet : les fibres sont obliques en haut et en dehors.

-Terminaison : faces externes des quatre dernières côtes.

Action :
Abaisseur des côtes, donc expirateur.

Innervation : rameau postérieur des nerfs rachidiens correspondants.

[pagebreak]
3) Plan des rhomboïdes

Le rhomboïde est intercalé entre les plans précédents et le trapèze à la partie haute du thorax.

Il est aplati, quadrilatère, tendu du rachis à la scapula.

-Origine :
Partie basse du ligament nuchal et processus épineux entre C7 et T4.

-Trajet : il va dehors

-Terminaison : bord spinal de la scapula.

La nappe musculaire est divisée en deux portions par un interstice tendineux.
Les fibres s’attachant au-dessus de l’épine de la scapula porte le nom de petit rhomboïde et en dessous, grand rhomboïde.

Innervation :
Nerf supra-scapulaire, plexus brachial, C4-C5.

Action :
ADD de la scapula, participe à la sonnette médiale et à l’élévation.
Et il plaque le bord spinal de la scapula contre le grill thoracique.



4) Le plan superficiel

Il est constitué du grand dorsal (voir les muscles de l’épaule) et du trapèze (voir les muscles du cou)

Action du muscle grand dorsal sur le tronc :
Rotation homo-latérale, inclinaison et extension relative.


II) Le groupe latéral

1) Le carré des lombes

C’est un muscle quadrilatère, aplati d’avant en arrière, comblant l’espace entre thorax et bassin latéralement au rachis.

Il possède trois zones d’origine :
-le bord inférieur et face externe de la 12ème côte.
-l’apex de processus transverse du rachis lombal.
-la crête iliaque, quart postérieur, versant médial.

De ces trois origines, partent trois types de fibres.
-Les fibres ilio-costales :
Elles sont verticales, unissant crête iliaque et 12ème côte.


-Les fibres ilio-transversaires :
Elles sont obliques en haut et dedans, unissant la crête iliaque aux processus transverses.

-Les fibres costo-transversaires :
Elles sont obliques en bas et dedans, unissant la 12ème côte aux transverses.

En avant, on trouve les reins, le péritoine (sépare le muscle des viscères)
En avant et dedans, on trouve le muscle psoas.
En arrière, on trouve la lame aponévrotique postérieure du transverse de l’abdomen.
Cette lame sépare le carré des lombes des muscles spinaux.

Innervation :
Collatérales du plexus lombal, T12-L1.

Action :
Inclinaison, extension.

[pagebreak]
2) Le muscle inter-transversaire

Ils ont une disposition variable selon le niveau.

au niveau lombal :

Il y a deux faisceaux de chaque côté (médial et latéral) :
-le faisceau médial joint les tubercules accessoires
-le faisceau latéral joint l’apex des processus transverses ou costiformes.

Au niveau thoracique
Un seul faisceau joignant l’apex de processus transverses.

Innervation :
Au niveau thoracique : rameaux postérieurs des nerfs rachidiens.
Au niveau lombal : collatérale du plexus lombal.

Action :
Inclinaison latérale
III) Le groupe antérieur

1) Les pré-vertébraux

Le muscle grand psoas

C’est un muscle fusiforme, charnu en haut et tendineux en bas, situé latéralement au corps vertébraux.
Il va du rachis lombal au fémur.

Origine :
-une portion antérieure ou corporéale : sur la partie latérale des disques intervertébraux, entre T11 et L5 et sur les parties attenantes des corps correspondants.
Et sur des arcades fibreuses qui réunissent les insertions hautes et basses d’une même vertèbre.

-une portion postérieure ou transversaire qui s’attache sur la face antérieure des processus transverses des lombales.

Trajet : le corps charnu est d’abord constitué de deux plans entre lesquels se situe le plexus lombal, ces deux plans se réunissent en un corps qui descend en bas, en avant et légèrement en dehors.
Le corps charnu et le tendon se réfléchissent sur le bord antérieur de l’os coxal, avec l’iliaque et se dirige en arrière, en bas, et légèrement en dehors.

Terminaison : apex du petit trochanter.

Rapport :
En arrière, on trouve le carré des lombes, puis l’iliaque dans la fosse.
En avant, on va trouver les vaisseaux iliaques et le péritoine.
Au bord antérieur de l’os coxal, il est situé en dedans de l’iliaque, et en dehors de l’artère fémorale, le nerf fémoral passe entre le muscle et l’artère (dans l’aponévrose du muscle)

Innervation :
collatéral du plexus lombal et nerf du psoas (nerf fémoral) L1, L2
Action :
Fléchisseur de hanche
Antéverseur du bassin : extension du rachis lombal.
C’est un muscle anti hyper-lordosant, en station érigée, s’il est hypotonique, on a tendance à projeter le bassin en avant( antépulsion) pour venir s’appuyer sur le ligament de Bertin (ilio-fémoral) donc hyper-lordose.
S’il est rétracté ou hypertonique, on a un flessum de hanche donc antéversion du bassin, donc hyper-lordose.
C’est un muscle appliqué sur la convexité des transverses lombales, donc sa contraction peut réduire la courbure lombale : muscle convexitaire.
Action paradoxale.

Il fait de l’inclinaison et rotation contro-latérale.


[pagebreak]
Le muscle petit psoas

Il est inconstant et croise la face antérieure du psoas.

-Origine : sur le disque T12 et L1 et la partie attenante des corps.

-Trajet : il forme un fin corps charnu, qui croise obliquement la face antérieure du psoas.

-Terminaison : il se termine par un tendon à la partie moyenne de la ligne arquée.

Innervation :
collatérales du plexus lombale, L1.

Action :
Fléchisseur de rachis lombal et inclinaison.




2) Les abdominaux

Le droit de l’abdomen (grand droit de l’abdomen)

Muscle allongé, aplati d’avant en arrière, situé latéralement à ligne blanche.
Il va du thorax au pubis.

-Origine :
Elle se fait par trois digitations charnues sur les 5ème, 6ème et 7ème arcs costaux.
La digitation latérale monte le plus haut. (5ème côte et 5ème cartilage costal), la digitation moyenne va jusqu’au 6ème cartilage costal et la médiale sur le 7ème cartilage costal jusqu’au processus xiphoïde.

-Trajet :
Les fibres sont verticales, mais elles ne vont pas directement de l’origine à la terminaison, elles sont interrompues par des intersections tendineuses qui ne font pas toute la largeur ni toute la profondeur du muscle en même temps.
Les fibres ont donc des longueurs différentes.

Le corps charnu est large et mince en haut, étroit et plus épais en bas.
Le corps charnu est entouré par les aponévroses des autres abdominaux.

-Terminaison :
Il se termine par deux tendons :
-un tendon principal qui se termine sur le pubis (bord supérieur et face antérieure, près de la symphyse)

-l’autre tendon : (quelques fibres) vient se fixer sur la symphyse, ses fibres s’entrecroisant avec celles du muscle contro-latéral.

Action :
Les fibres sont verticales et en avant : fléchisseur du tronc et abaissement du thorax
Les fibres les plus latérales pourraient participer à l’inclinaison latérale.


Le muscle pyramidal

Petit muscle triangulaire, situé à la partie basse des droits, il est inconstant.

Il s’attache sur le pubis en avant du droit de l’abdomen.
Ses fibres montent en haut et en dedans et se terminent sur la partie basse (quart inférieur) de la ligne blanche.

Action :
Il renforce la partie basse des abdos dans leur fonction de sangle.

[pagebreak]
L’oblique externe (grand oblique)


C’est une nappe musculaire, charnue et tendineuse.
Tendu du thorax à l’os coxal et à la ligne blanche.


-Origine :
Face externe des huit derniers arcs costaux, selon une ligne oblique en bas, en dehors et en arrière.
Cette insertion se fait par des digitations charnues, ces digitations s’engrènent en haut avec celles du grand pectoral, et en bas et en arrière avec celles du grand dorsal.

-Trajet et terminaison :
Les fibres charnues rayonnent à partir de l’origine.
-Les plus basses et les plus postérieures sont presque verticales et se terminent sur la crête iliaque (2/3 antérieurs, versant externe), par des fibres charnues.

Le reste des fibres musculaires se prolonge par des fibres tendineuses.
-Les fibres supérieures et antérieures vont en dedans (et en bas), proche de l’horizontal, et se prolongent par l’aponévrose de l’oblique externe, qui passe devant le droit de l’abdomen et rejoint celles du côté opposé sur la ligne blanche.

-Les fibres intermédiaires sont obliques en bas, avant et dedans.
Les plus latérales se terminent sur le ligament inguinal, les autres se terminent en trois piliers sur deux plans.

Le plan superficiel contient deux piliers (faisceaux), le latéral se fixe sur la face antérieure du pubis jusqu’à l’épine du pubis, en avant des tendons du droit de l’abdomen.
Le pilier médial croise la ligne blanche, en bas, et se termine sur le pubis opposé en arrière et en dedans du pilier latéral des muscles de l’autre côté.
Le plan profond est constitué du pilier postérieur, il croise aussi la ligne médiane et se termine sur le pubis de l’autre côté, en dehors du pilier médial.

Action :
Les fibres verticales (latérales et postérieures) font de l’inclinaison.

Les autres obliques, bas, avant et dedans, font de la flexion et de la rotation contro-latérale.
Parmi ces fibres, celles qui se fixent sur la ligne blanche, fonctionnent en synergie avec les fibres équivalentes de l’oblique interne opposé.

Les fibres qui se terminent par l’aponévrose, participent au sanglage abdominal.


Le muscle oblique interne

C’est une lame musculo-tendineuse.
Situé entre l’oblique externe à l’extérieur et le transverse à l’intérieur.
Il va de l’os coxal au thorax, à la ligne blanche et au pubis.

-Origine :
Sur la crête iliaque par des fibres charnues sur les 2/3 antérieurs et par une lame tendineuse sur le reste de la crête, qui se prolonge jusqu’à l’épineuse de L5, sur le tiers latéral du ligament inguinal.

-Trajet et terminaison :
Les fibres charnues s’étalent en éventail :
-les fibres postérieures, presque verticales, se terminent sur les trois dernières côtes, face externe.

-les fibres intermédiaires, proche de l’horizontal, se prolongent par l ‘aponévrose de l’oblique interne, qui s’unit à celles du côté opposé sur la ligne blanche.
L’aponévrose de l’oblique interne, dans les 2/3 supérieurs, se divise en deux feuillets, superficiel et profond, qui encadrent le droit de l’abdomen et se réunissent sur la ligne blanche.

Dans le 1/3 inférieur de l’abdomen, l’aponévrose reste unique et passe devant le droit de l’abdomen.

Les fibres inférieures issues du ligament inguinal sont obliques en bas et en dedans et forment avec certaines fibres du muscle transverse, le tendon conjoint, qui se fixe sur le pubis, entre le tendon du droit de l’abdomen en arrière, et les piliers de l’oblique externe qui sont en avant.

Action :
Les fibres verticales et postérieures font de l’inclinaison.
Les fibres qui se terminent sur l’aponévrose font de la flexion et de la rotation homo-latérale en synergie avec l’oblique externe contro-latéral.

Les fibres qui se prolongent par l’aponévrose et les fibres basses participent au sanglage abdominal.


[pagebreak]
Le muscle transverse

C’est une large ceinture, nappe hémicylindrique, musculaire et tendineuse.
C’est le plus profond des abdominaux.
Il va de l’os coxal, du rachis lombal et du thorax jusqu’à la ligne blanche et au pubis.

-Origine :
-sur l’os coxal : crête iliaque, versant interne et 1/3 latéral du ligament inguinal.
-sur l’apex des processus transverses des lombales, par une lame aponévrotique quadrilatère qui donnent naissance à des fibres charnues.
-sur la face interne des six derniers arcs costaux, par des digitations charnues qui s’engrènent avec celles du diaphragme.

-Trajet et terminaison :
Les fibres charnues sont presque toutes transversales et se terminent par l’aponévrose du transverse.
Cette aponévrose présente une ouverture horizontale sous l’ombilic : au-dessus de cette incision, l’aponévrose passe derrière le droit de l’abdomen et en dessous, elle passe devant.
L’aponévrose du transverse s’unit de l’autre côté, avec l’autre, sur la ligne blanche.

Les fibres les plus basses, issues du ligament inguinal, vont former avec les fibres équivalentes de l’oblique interne, le tendon conjoint.

Action :
C’est un muscle sangle qu’il partage avec les obliques.
C’est un soutien de la masse abdominale, il serre aussi à la mobiliser (expiration), c’est un antagoniste synergique du diaphragme.
Il augmente la pression abdominale : pour les expulsions (expiration forcée), toux, éternuement, vomissement, défécation, accouchement.
L’augmentation de la pression sert aussi à créer une poutre composite, c’est le caisson abdominal, qui a un rôle de protection (diminution des contraintes) du rachis abdominal lors des efforts, et un rôle anti-flambant (rempart convexitaire), il limite l’augmentation de la lordose.


Innervation des abdominaux :

Par les six derniers nerfs intercostaux, ainsi que les nerfs ilio-hypo-gastrique et ilio-inguinal, issus du plexus lombal.
Racine : de T7 à T12, voir L1.


IV) Action des muscles du tronc

Extension :
Par les muscles postérieurs, du plan profond.

Dans le plan profond :
-Le plus profond : muscle transversaire épineux et muscle inter-épineux : rôle de muscle vernier, système mécanique d’ajustement des vertèbres les unes par rapport aux autres.

-Le plus superficiel : épineux, longissime et ilio-costal.
Ils ont des fibres longues (de dedans en dehors)
Ce sont les spinaux, para-vertébraux, muscles des gouttières.

-On peut rajouter le muscle grand dorsal (retour de flexion)

Flexion :
Les muscles antérieurs et les muscles les plus en avant.
-les droits de l’abdomen.
-les obliques internes et externes.

Mais ils s’arrêtent au thorax et tirent dessus, donc les côtes s’écartent.
Les intercostaux empêchent l’écartement des côtes, ce qui permet de transmettre la force des abdos à la partie haute du rachis thoracique.

-les inter-costaux
-le psoas : action convexitaire, anti-lordose.

L’inclinaison :
Ce sont les muscle du groupe latéral et les fibres latérales des autres muscles.

-le carré des lombes. (profond)
-les fibres verticales des obliques.

Les fibres latérales du groupe postérieur :
-ilio-costal (le plus superficiel des profonds)
-transversaire épineux

Le groupe antérieur :
-muscle psoas

Le groupe postérieur :
-longissime
-épineux

Rotation :
Les plus efficaces :
-oblique interne homo-latéral et oblique externe contro-latéral.
-transversaire épineux. (contro-latéral)
-le psoas contro-latéral
-l’ilio-costal homo-latéral
-le grand dorsal quand humérus fixe (homo-latéral)

Remarque :
L’action des inter-costaux pour la mobilité du rachis thoraco-lombal existe en flexion, mais aussi à chaque fois que les obliques et le carré des lombes, sont sollicités.

Myologie > Tronc

thorax   rachis thoraco-lombal   muscle vernier   courbure lombale   muscle convexitaire   muscles spinaux
Article ajouté le : 09.09.2007 par
Ecrire un commentaire Ajouter à mes favoris En parler à un ami Reporter un lien brisé

Autres liens dans Myologie > Tronc
 
Categorie : Myologie > Tronc

 
Categorie : Myologie > Tronc



Statistiques du site

Nombre d'articles :
Nombre de Categories :
Nombre de Membres :

82
54
2356


Index des Catégories Principales
Top 10 articles populaires

Annuaire de la Kinesitherapie