Cours de Kiné en ligne
 
 
Recueil de cours en Kinésitherapie : PHYSIOLOGIE
 
Aide Mémoire cours de Physiologie :

LA REPRODUCTION


Les différences observées entre les hommes et les femmes dépendent d’un seul chromosome, Y et d’une seule paire de glandes endocrines, les gonades qui sont les testicules chez les hommes et les ovaires chez les femmes. Après la naissance, les gonades restent au repos jusqu’à l’adolescence.

Elles sont alors activées par les hormones FSH et LH libérées par l’anté hypophyse. Chez les hommes, les gonades demeurent actives de la puberté jusqu’à un âge avancé ; chez les femmes, la fonction de l’ovaire régresse après un certain temps d’activité et le cycle s’interrompt. C’est la ménopause.

Dans les deux sexes, les gonades ont une double fonction :
-    La production de cellules reproductrices : ce sont les spermatozoïdes et les ovules ; c’est ce que nos appelons la gamétogenèse.
-    L’autre fonction est la sécrétion d’hormones sexuelles : les androgènes ont une action masculinisante et les œstrogènes ont une action féminisante.
-    Ces deux types d’hormones sont sécrétés dans les deux sexes. Chaque ovule contient 22 chromosomes et un chromosome X ; le spermatozoïde contient 22 chromosomes et un chromosome X ou Y. Lors de la fécondation, nous obtenons une association 22 X. 22 X ou 22 X. 22 Y.


B.    L’appareil reproducteur masculin.

1.    Structure :
Les testicules sont constitués de tubes séminifères dans lesquels sont formés les spermatozoïdes. Les tubes se drainent vers l’épididyme puis dans le canal déférent. Au moment de l’éjaculation, les spermatozoïdes gagent l’urètre en traversant la prostate. Dans les testicules, entre les tubes, nous trouvons des cellules qui sécrètent la testostérone.

2.    La fonction endocrine du testicule :
C’est la sécrétion de testostérone.
a)    Synthèse :
C’est l’hormone testiculaire principale. La sécrétion de testostérone est sous le contrôle de la LH hypophysaire. La testostérone circulante est transformée par le foie est excrétée dans les urines.
b)    Les rôles de la testostérone :
Il en existe quatre types :
-    Elle exerce une rétroaction inhibitrice sur la sécrétion anté hypophysaire de LH.
-    Elle développe et maintient les caractères sexuels secondaires masculins. Au niveau de la peaut (l’acné, la pilosité au niveau du pubis, de la barbe et de la poitrine), c’est l’augmentation de la musculature, le changement de voix par épaississement des cordes vocales. Au niveau des organes génitaux externes, nous avons une augmentation de volume du pénis ; au niveau des organes génitaux internes, nous avons une sécrétion des vésicules séminales de la prostate. Elle a un effet psychique avec l’augmentation de l’agressivité.
-    Elle a une action importante d’anabolisme protéique, ce qui aboutit à une accélération de la croissance.
-    La testostérone est responsable de l’entretien de la gamétogenèse.

3.    La gamétogenèse :
A partir des cellules germinales que nous appelons des spermatogonies qui sont situées dans les tubes séminifères, nous avons la formation de spermatocytes I puis spermatocytes II puis spermatides, et enfin spermatozoïdes.

Ce processus commence à la puberté ; il faut en moyenne 74 jours pour former un spermatozoïde mâture. C’est une cellule mobile riche en ADN ; la tête contient le noyau constitué de 22 X ou de 22 Y puis nous avons une pièce intermédiaire puis une queue.
Les spermatozoïdes sont formés en continu dans les tubes séminifères et ils sont mis en réserve dans ces tubes et dans l’épididyme.

Lors de l’acte sexuel, l’éjaculation permet l’expulsion du sperme qui contient les spermatozoïdes et la sécrétion des vésicules séminales de la prostate.

Il y a environ 100 millions de spermatozoïdes par millimètre cube de sperme, et bien qu’il faille un seul spermatozoïde pour féconder l’ovule, nous pouvons observer une stérilité masculine au-dessous de 30 millions de spermatozoïdes par millimètre cube de sperme. La valeur d’une éjaculation est de 2,5 à 3,5 millimètres cube. Il se déplacent à une vitesse de 3mm/min dans les voies génitales féminines.


4.    Les anomalies :
a)    La cryptorchidie :
C’est la descente incomplète d’un testicule qui reste en position intra abdominale et qui entraîne un problème de stérilité du fait de la température trop élevée. Les risques de ces testicules sont des risques de cancérisation. 


C.    L’appareil reproducteur féminin :

1.    Structure :
L’appareil génital féminin comporte les ovaires, les trompes, l’utérus et le vagin, l’ensemble étant situé dans le petit bassin.
Le système reproducteur féminin a une activité cyclique régulière qui le prépare périodiquement à la fécondation et à la gestation. Nous parlons de cycle menstruel ; il dure en moyenne 28 jours et il débute le premier jour des règles.

a)    Le cycle ovarien :
Les ovaires contiennent des follicules qui renferment chacun un ovule immature.
A la naissance, il y a environ 2 millions d’ovules. Il n’y a pas de formation de nouveaux ovules après la naissance et nous observons même une régression constante.
A la puberté, il reste environ 300 000 ovules. A chaque début de cycle, plusieurs follicules augmentent de volume mais un seul poursuit sa croissance et les autres régressent.

L’ovulation se produit vers le 14ème jour du cycle. Les cellules germinales donnent l’ovocyte I (46 chromosomes) qui donne l’ovocyte (23 chromosomes) puis l’ovule (22 X).
Après la rupture du follicule, l’ovule peut être fécondé par un spermatozoïde ; la fécondation se produit au niveau d’une des deux trompes de fallope, puis l’ovule se déplace et arrive dans la cavité utérine. Si l’ovule n’est pas fécondé dans les 24 heures, il est détruit.

b)    Le cycle utérin :
Au début du cycle marqué par la menstruation, la muqueuse utérine desquame ( elle se pêle) puis du 5ème au 14ème jour survient la phase proliférative. Elle permet la restauration de la muqueuse.
A partir du 14ème jour, c’est la phase sécrétoire qui prépare l’utérus à l’implantation de l’ovule fécondé. Quand il n’y a pas de fécondation, l’endomètre desquame et le cycle recommence.

c)    Le cycle vaginal :
Nous pouvons l’étudier sur des frottis et nous observons des modifications sous l’influence des œstrogènes en première partie de cycle et de la progestérone en deuxième partie.


2.    Les hormones ovariennes :
a)    Les œstrogènes :
Ils sont synthétisés par les ovaires et la corticosurrénale. Il y a deux pics de sécrétions au cours du cycle, le 1er juste avant l’ovulation et le 2ème au milieu de la deuxième partie du cycle.

Les effets des œstrogènes sont nombreux ;
-    ils facilitent le développement des follicules
-    ils agissent sur la phase proliférative de l’utérus
-    Ils sont responsables des caractères sexuels secondaires féminins (croissance des glandes mammaires au moment de la puberté, hanches larges, épaules étroites, pilosité, la voix claire, la libido).

b)    La progestérone :
Elle est sécrétée par les follicules ovariens. Pendant la 2ème phase du cycle, elle augmente de manière importante, et elle est responsable de fondements survenant dans l’utérus et dans le vagin.

3.    Le contrôle de la fonction ovarienne :
C’est l’hypothalamus qui sécrète la FRH et la LRH qui agissent sur l’hypophyse qui sécrète la FSH et la LH. Ces hormones vont être responsable de la maturation des follicules ovariens, du déclenchement de l’ovulation , et la stimulation du déclenchement de la sécrétion de progestérone.


D.    La grossesse :

1.    La fécondation :
Lors de l’ovulation, l’ovule est expulsé de l’ovaire et pénètre dans la trompe. Après l’acte sexuel, les spermatozoïdes se déplacent du vagin vers l’utérus puis dans la trompe. Le taux de mortalité des spermatozoïdes au cours de leur voyage est énorme. Quelques centaines seulement atteignent les trompes.
Les spermatozoïdes subissent une maturation dans les voies génitales féminines qui les rend capables de féconder. La rencontre de l’ovule et des spermatozoïdes se fait dans la trompe, un seul spermatozoïde pénètre dans l’ovule. Leurs noyaux se lient pour constituer une cellule à 46 chromosomes.
L’ovule fécondé se déplace pour gagner l’utérus en 3 à 4 jours et la division cellulaire commence déjà au cours du voyage.

2.    L’implantation :
L’ovule fécondé s’est déjà développé sous forme de blastocyte qui s’enfouit dans l’endomètre vers le 7ème jours après la fécondation.
Les cellules tapissant la cavité du blastocyte se différentient en trophoblastes qui vont adhérer à l’endomètre. Ils vont former le placenta. La masse cellulaire interne du blastocyte va former l’embryon.

3.    Le placenta :
Au début de la grossesse, les modifications de l’endomètre permettent la nutrition de l’embryon. A partir du 3ème mois, c’est le placenta qui prend la relève.

C’est une combinaison de tissu fœtal et de tissu maternel. Il a plusieurs rôles :
-    Il permet la nutrition du fœtus avec le passage d’oxygène, d’eau, de glucoses, de lipides, de protides et de vitamines.
-    Il a également une fonction hormonale qui est nécessaire au maintien de la grossesse et à la croissance du fœtus. C’est la sécrétion de l’HCG (Hormone Gonadotrope Chorionique) et de progestérone.
-    Il joue un rôle protecteur avec le passage d’anticorps maternels, un passage minime et retardé des bactiéries et malheureusement un passage facile des virus (cas de la rubéole).

4.    Diagnostic de grossesse :
Il se fait sur la date des dernières règles sur les signes cliniques (augmentation de volume des seins) et il se fait sur le dosage urinaire et plasmatique d’HCG.
5.    Les modifications hormonales au cours de la grossesse :
Durant les deux premiers mois, la persistance du corps jaune assure la sécrétion de progestérone et d’œstrogène. Vers la fin du troisième mois, le corps jaune régresse et c’est le placenta qui se met à sécréter de grandes quantités d’œstrogènes et de progestérone.


6.    Les modifications physiologiques au cours de la grossesse :
a)    Les modifications corporelles :
Il y a une prise de poids de 9 à 12 kilogrammes, la prise de poids est très faible pendant les premiers trimestres. Il y a une augmentation du volume de l’abdomen. Il y a une augmentation du volume des seins.

b)    Les modifications de l’organisme :
Au niveau de l’appareil cardio-vasculaire, il y a une augmentation de la fréquence cardiaque, une augmentation du débit sanguin, une augmentation du débit cardiaque qui est augmenté de 30 % à la fin de la grossesse, une diminution de la tension artérielle, une augmentation de la masse sanguine de 45 %.

Au niveau de l’appareil respiratoire, il y a une ascension du diaphragme par augmentation du volume abdominal, ce qui entraine une diminution du volume courant, et donc une augmentation de la ventilation par minute. Tout cela entraîne une sensation de dyspnée vers la moitié de la grossesse.

Au niveau de l’appareil reinale, il y a une augmentation du flux sanguin, et de la glomérulaire filtration ceci une pollakiurie.


c)    Les désagréments de la grossesse :
Il existe des troubles digestifs avec des nausées, des vomissements, surtout lors du premier trimestre, une constipation, des hémorroïdes, une hyper salivation.
Il existe des troubles de la peau avec un masque de grossesse et des vergetures au niveau de l’abdomen.
Il y a des troubles circulatoires avec des varices, il y a des douleurs musculaires, des crampes, des lombalgies. Il y a un relâchement des muscles et des ligaments sous l’effet des hormones, avec des entorses fréquentes

7.    La surveillance médicale de la grossesse :
Sur le plan légal, depuis 1992, sept examens pré nataux sont obligatoires : le premier avant 3 mois, puis un examen mensuel à partir du 4ème mois jusqu’à l’accouchement.

Lors du 1er examen, nous essayons de déterminer la date de début de la grossesse en fonction des dernières règles, et nous faisons une déclaration de grossesse au niveau de la caisse primaire d’assurance maladie et de la caisse d’allocations familiales. Il y a donc une prise en charge à 100 % des frais médicaux à partir du 6ème mois.

Lors de chaque consultation, nous effectuons un examen clinique avec la mesure de la tension artérielle, le poids, la recherche de sucre et d’albumine dans les urines.
Lors de la première consultation, nous faisons une sérologie de la syphilis, de la rubéole, de la toxoplasmose. Nous faisons une détermination du groupe sanguin et du rhésus. La sérologie HIV n’est pas obligatoire mais fortement recommandée. En cas de sérologie rubéole et toxoplasmose négative, un contrôle mensuel aura lieu jusqu’à l’accouchement.

Au 5ème mois, nous faisons une numération de la formule sanguine à la recherche d’une anémie.

La surveillance échographique est obligatoire.
Trois examens sont pris en charge, le 1er avant 3 mois, pour vérifier la vitalité de l’embryon et déterminer le nombre d’embryons.
La 2ème échographie vers le 5ème mois pour vérifier la bonne croissance et déterminer le sexe.
La 3ème échographie à la fin de la grossesse, pour vérifier l’implantation du placenta et la présentation du fœtus. L’amniocentèse est possible à partir de la 15ème, 16ème semaine d’aménorrhée.

Au total, la durée de la grossesse est de 270 jours à partir de la fécondation. Si nous comptons après le deuxième jour des dernières règles, nous comptons 284 jours ou 41 semaines ou neuf mois. Nous parlons de prématurité en dessous de 37 semaines de grossesse(8 mois).

8.    La préparation à l’accouchement :
8 séances sont prises en charge à 100 %, elles sont faites par des médecins ou sages femmes.

Ces scéances comportent de la relaxation, exercices de contrôle respiratoire, un assouplissement des articulations du bassin, une éducation abdominaux.

9.    La rééducation post natale :
10 scéances sont prises en charge à 100 % et sont faites par les kinésithérapeute. Elles doivent se faire 2 à 3 mois après l’accouchement, on peut y associer une réeducation périnéale.


Objectifs :
-    les 4 rôles de la testostérone,
-    rôle des oestrogènes

 
 
2002 - 2017 © KineWeb.net : Aide Mémoire Cours de kinésithérapie | Annonces Kinés | Cabinet Medical | Bonjour chez vous !