Cours de Kiné en ligne
 
 
Recueil de cours en Kinésitherapie : PHYSIOLOGIE
 
Aide Mémoire cours de Physiologie :

LES GLANDES SURRENALES

Nous avons deux glandes surrénales. Chaque glande surrénale est située au pôle supérieur du rein. Elles sont constituées de deux glandes différentes, l’une enveloppant l’autre.
La glande interne est la médullo-surrénale, la glande externe est la cortico-surrénale.
La médullo-surrénale est faîte de cordons cellulaires entrelacés constituer de cellules contenant des granules sécrétoires, qui sécrètent les catécholamines, c’est-à-dire l’adrénaline et la noradrénaline. Ces hormones ne sont pas indispensables à la vie mais elles permettent à l’organisme de faire face à des situations d’urgence.

La cortico-surrénale est divisée en trois zones plus ou moins bien séparées :
-    la zone externe est formée de cordons de grandes cellules qui sécrètent un minérale corticoïde : l’aldostérone,
-    la zone moyenne qui sécrête des glucocorticoïdes (cortisole et cortisone),
-    la zone interne : sécrètent des androgènes.

B.    La médullosurrénale :
1.    Structure et fonction :
L’adrénaline et la noradrénaline sont deux amines voisines synthétisées dans la médullosurrénale. Elles sont stockées sous forme de granules. Après leur sécrétion, elles ont une demi-vie très brève dans le sang et sont dégradées en métabolites qui sont éliminés dans les urines. Leurs effets sont multiples.

a)    Action cardio-vasculaire :
Elles augmentent :
-    la force de contraction du cœur,
-    la fréquence cardiaque,
-    la pression artérielle.
-    elles dilatent les vaisseaux coronaires,


b)    Les actions métaboliques :
Elles augmentent :
-    la production des acides gras,
-    la glycémie,
-    la production de chaleur.

2.    Régulation de la sécrétion de la médullosurrénale :
Elles sont stockées sous forme de granules, après leur sécrétion, elles ont une ½ vie très brèves et elles sont dégradées métabolites excrétés dans les urines.
A l’état basal, la sécrétion est faible, elle diminue pendant le sommeil, en revanche en cas de stress, d’agression, la secrétion augmente.


C.    La corticosurrénale :
1.    Structure et synthèse :
Les hormones de la corticosurrénale sont dérivées du cholestérol. Ce sont des stéroïdes. Les seules sécrétées en quantité notable sont les glucocorticoïdes (c’est le cortisol de la corticostérone), les minéralocorticoïdes (aldostérone)et l’androgène (DHA : Déhydor Endro Stérone)

2.    Les androgènes surrénaliens :
Ils ont des effets masculinisants quand ils sont sécrétés en quantité anormalement élevée. Les effets masculinisants sont une augmentation des caractères sexuels, une puberté précoce,

3.    Les glucocorticoïdes :
a)    Les actions physiologiques :
Les récepteurs des glucocorticoïdes se retrouvent dans les muscles squelettiques (cœur, cerveau, estomac, les reins, le foie, les poumons). De ce fait les effets des glucocorticoïdes sont variés.
Ils s’agissent :
-    sur le métabolisme des hydrates de carbones et des acides aminés : le cortisol augmente la concentration du glucose sanguin en consommant des acides aminés. Cela à un effet catabolisant et entraine une augmentation de l’excretion de l’urée,
-    sur le cceur et la circulation : le cortisol augmente la force de contraction cardiaque et entraine une vaso contraction périphérique. Ceci est du à une augmentation des effets catécholanériens,
-    sur l’estomac : ils stimulent la sécrétion de sucs gastriques, à forte dose, il y a risque d’ulsère de l’estomac,
-    sur les reins : ils ralentissent l’excrétion de l’eau,
-    sur le cerveau : en cas de forte concentration de glucocorticoïde, des variations physiologiques peuvent apparaître avec une irrétabilité et même des modifications à l’électro-encephallogramme.

A forte dose, les glucocorticoïdes ont des effets anti-inflammatoires et anti-allergiques, ceci est du à l’inhibition de l’histamine.

b)    Effets pharmacologiques et pathologiques ;
Le syndrome de CUSHING : c’est un excès de glucocorticoïdes du à une tumeur surrénalienne ou à une tumeur antéhypophysaire. Cela entraine une augmentation du catabolisme protidique au niveau de la peau, des muscles. On a des dépôts adipeux qui se font au niveau du dos (à la base du coup), des vergétures (violettes), des hyperglycémies et une ostéoporose.

L’antéhypophyse sécrète l’ACTH qui vont agir sur les surrénales qui vont produire des glucocorticoïdes.

4.    Les minéralostéroïdes :
Elles ont pour fonction de réguler le transport du sodium et du potassium dans le rein et dans les autres organes.
Le principal représentant est l’aldostérone. l’aldostérone provoque une rétention du sodium et une augmentation de l’excrétion du potassium, ceci entraine également une rétention d’eau et une augmentation du volume extra-cellulaire.

La sécrétion d’aldostérone est stimulée par :
-    une hypo-natrémie,
-    une hyperkaliémie,
-    une diminution du volume sanguin.

Lorsque la cortico-surrénale sécrète trop d’aldostérone, ceci provoque une hyperaldostéronisme.
Il existe 2 types d’hyperaldostéronisme :
-    primaire : on la trouve lors de tumeur de la surrénale qui entraine un rétension de sodium et des pertes en potassium,
-    secondaire : beaucoup plus fréquente, elle apparaît lor d’une diminution du volume plasmatique (lors de la grossesse ou hémorragie, prise chronique de diurétique).

Dans toutes ces situations, il y a une hyper sécrétion d’aldostérone.

Objectifs :
-    morphologie de la surrénale (zone externe, interne et les hormones sécrêtées par chaque),
-    connaître les hormones sécrétées par la corticosurrénale,
-    principales actions des glucocorticoïdes.

 
 
2002 - 2017 © KineWeb.net : Aide Mémoire Cours de kinésithérapie | Annonces Kinés | Cabinet Medical | Bonjour chez vous !