Cours de Kiné en ligne
 
 
Recueil de cours en Kinésitherapie : PHYSIOLOGIE
 
Aide Mémoire cours de Physiologie :

LES ORGANES DES SENS


I.    L’olfaction et la gustation :

Ce sont des sens sensitifs aux substances chimiques qui sont volatiles ou liquides.

A.    L’olfaction :
C’est une perception des odeurs. Ça se passe au niveau des fosses nasales. Les fosses nasales sont situées devant les narines, derrière les choanes. Elles sont séparées par la cloison nasale qui est membraneuse puis osseuse. Il y a des cornets osseux au niveau de la cloison nasale. Plusieurs canaux osseux partent de la fosse nasale :
-    deux orifices au niveau des yeux, le canal lacrymal des deux côtés,
-    un canal qui va vers l’oreille moyenne appelé la trompe d’EUSTACHE,
-    les orifices des sinus : les sinus frontaux et les sinus maxillaires,

Les cornets sont très vascularisés ; glandes à mucus. Ces cornets vont servir de filtre, humidifient l’air qu’on respire et la réchauffe  les dépôts de germes sur la muqueuse nasale vont stimuler le système immunitaire.
En haut des fosses nasales se trouvent des récepteurs au niveau de la tache jaune olfactive (muqueuse). Ici, on y trouve des filets nerveux qui se dirigent vers le cerveau : ils traversent la lame criblé de l’éthmoïde. Ces filets se rassemblent et forment un nerf le bulbe olfactif et va vers le nerf olfactif (nerf crânien). Ces deux nerfs vont vers l’aire olfactive du crâne dans le corps calleux.

Il y a une bonne olfaction si le nez n’est pas bouché, si l’air est humidifiée, si la lame criblé de l’éthmoïde n’est pas lésée. L’odorat donne des sensations (bonnes ou mauvaises).


B.    La gustation :

Ça se passe au niveau de la langue. La langue est un muscle recouvert de muqueuses qui est constamment humide.
Elle comporte des papilles sensorielles de deux types :
Les papilles sensorielles tactiles.
Les papilles sensorielles gustatives.
Les tactiles renseignent sur le chaud, le froid, la sensibilité douloureuse.
Les gustatives :
-    papilles disposées en V (9 à 12 V linguales),
-    bourgeons gustatifs.

Les papilles donnent des filets nerveux qui vont former le nerf lingual (5ème nerf crânien) au niveau du tri-jumeau. Elles permettent de donner 4 sensations : le sucré, le salé, l’amer, l’acide.


II.    L’oreille :

L’oreille a deux rôles :
-    L’audition
-    L’équilibre.
Chacune de ces deux fonctions a un capteur : la cochlée pour l’audition, le vestibule pour l’équilibre.

A.    Fonction de ces capteurs :

Dans les deux cas, un liquide va bouger et donc entraîner avec lui des mouvements de cils. Ce mouvement va créer un courant électrique potentiel dans la cellule. Un nerf va répandre tous ces influx qui les transmettre au cerveau. Ce nerf appartient à la 8ème paire crânienne. C’est un nerf mixte : les fibres nerveuses de l’audition s’appellent nerf cochléaire de l’audition, les fibres nerveuses de l’équilibre s’appellent nerf vestibulaire. Ces deux nerfs se rejoignent et forment le nerf cochléo-vestibulaire.
Dans le cortex cérébral, le son est intégré ainsi que la position du corps et la vitesse avec laquelle il se déplace.

Sur le plan anatomique, l’oreille est constituée de trois parties :
-    L’oreille interne
-    L’oreille externe
-    L’oreille moyenne.


B.    L’oreille externe :

Elle est faite de 2 parties : le pavillon et le conduit auditif externe.
Le pavillon de l’oreille est une lame cartilagineuse plissée qui est destinée à recueillir les ondes sonores.
Le conduit auditif externe fait, chez un adulte, deux centimètres et demi de long. Ce conduit auditif externe. Le conduit auditif externe est oblique en avant, en dedans et en bas. Ce conduit auditif externe est fait d’une portion cartilagineuse et dune portion osseuse. Elle est à l’intérieur. Ce conduit auditif externe est constitué d’une peau mince qui contient des glandes sébacées et des glandes à cérumen. Nous avons aussi des poils. Ce conduit auditif externe se termine au niveau du tympan.

1.    Pathologie :
Le pavillon de l’oreille est composé de cartilage fragile qui cicatrice mal, donc parfois il y a nécrose.
Le conduit auditif externe peut se boucher par un bouchon de cérumen. Il peut apparaître une surdité ou, avant, une hypo-acousie. Les acouphènes sont des bruits internes. Il peut également apparaître des troubles de l’équilibre. Ceci intervient chez les personnes âgées et les bébés.


C.    L’oreille moyenne :

Elle est séparée de l’oreille externe par une membrane que nous appelons le tympan.
C’est une cavité creusée dans l’os (le rocher) qui a plusieurs orifices :
-    l’orifice du tympan,
-    l’orifice de la trompe d’Eustache : elle relie l’oreille moyenne au nez, elle est recouverte d’une muqueuse qui est la même que celle du nez et des bronches. Elle permet d’équilibrer les pressions entre l’extérieur et l’oreille moyenne qui va à la caisse du tympan,
-    la chaîne osseuse spongieuses qui vont remplir l’apophyse de la mastoïde,
-    2 autres orifices :
o    la fenêtre ovale,
o    la fenêtre ronde,

Ces 2 fenêtres sont bouchées par une membrane, ce sont une zone de communication avec l’oreille interne.
Dans la caisse du tympan, on trouve des osselets qui sont suspendus par des ligaments et des muscles :
-    le marteau,
-    l’enclume,
-    l’étrier,
Le marteau à son manche qui s’appui sur le tympan, donc quand le tympan se déforme, le manche bouge, se qui fait bouger l’enclume qui elle même bouge sur l’étrier qui a une forme de Y, les 2 branches s’appuient sur la fenêtre ovale.

1.    Pathologie :
-    arthrose des osselets appelé l’atospongiose,
-    infection au niveau de l’oreille (aigue ou sérieuse),
-    les mastoïdes : toute l’arrière de l’oreille est enflammée,


D.    L’oreille interne :

Elle est creusée dans le rocher, elle contient une cavité appelé le labyrinthe osseux. On y trouve une membrane appelée le labyrinthe membraneux.
Entre les 2 labyrinthes, on trouve un liquide : le périlymphe. Le layrinthe membraneux est rempli d’endolymphe.

1.    Le labyrinthe :
Le labyrinthe est formé de 2 parties :
-    le limasson ou cochlée pour l’audition,
-    le vestibule pour l’équilibre,

a)    Le limasson :
Il a la forme d’un escargot dont la spirale fait plus de 2,5 tours. Dans cette spirale on y trouve le canal cochléaire dans lequel on a la membrane basilaire et les chaînes neuro-sensorielles cilliers. Da par et d’autre de ce canal cochléaire, on a de le périlymphe, avec 2 rampes qui se réunissent au sommet du limasson.

Une membrane basilaire qui vibre sous l’effet de l’onde sonore qui va la toucher.
Sur cette membrane, il y a la chaîne cilliers (sensorielle) et la chaîne de soutien. La chaîne cilliers sont solidaire de la membrane. Les cils bougent dans l’endolymphe. Au dessus de ces cils, il y a une membrane fine recouvrante.
La membrane basilaire monte, puis les cellules cilliers montent à leur tour.

Les cils touchent la membrane recouvrante puis, s’aplatissent, ce qui produit des potentiels d’action, ce qui génère des modifications biochimiques et donc des influx nerveux apportés jusqu’au cerveau par le nerf cochléaire (ensemble de fibres nerveuses qui s’anastomosent et qui rejoint le nerf vestibulaire).

(1)    Pour le son :
-    L’amplitude correspond à l’intensité (en décibels),
-    La fréquence correspond à la hauteur : aiguë ou grave (en hertz),

Les sons aigus se localisent au début du limasson (20 000 hertz) (fibres courtes), les sons graves (20 hertz) se localisent à la fin du limasson (fibres longues).

(2)    Pour l’équilibre :
Cela se passe dans le vestibule, il est formé d’utricule et le sacule. On a 3 canaux semi-circulaire dont une des extrémités est gonflée : on l’appelle l’ampoule. Ces 3 canaux sont disposés dans les 3 plans de l’espace (vertical frontal, vertical antéro-postérieur, horizontal). L’ensemble de ces canaux : on a de la périlymphe et de l’endolymphe.

b)    Le sacule :
Au niveau de l’ampoule, on a des organes sensoriels qui sont accrochées à la paroie et qui ont des cils. Il y a aussi une substance gélatineuse de l’ampoule. Ces canaux contiennent des organes sensoriels  qui nous informent sur l’accélération et le mouvement.
L’utricule :
De forme cubique, il y a des plaques ou se trouvent des cellules cilliers. Sur ces cils, il y a des autolites (granules), ces autolites lorsqu’ils bougent, vont appuyer sur certaines cellules cilliers. Les autolites sont des récepteurs de position.
Les fibres nerveuses se rejoignent et forment le nerf vestibulaire qui se dirige vers le tronc cérébral avec des ramifications au cervelet et aux yeux.

 
 
2002 - 2017 © KineWeb.net : Aide Mémoire Cours de kinésithérapie | Annonces Kinés | Cabinet Medical | Bonjour chez vous !