Cours de Kiné en ligne
 
 
Recueil de cours en Kinésitherapie : PNEUMOLOGIE
 
Aide Mémoire cours de Pneumologie :

PNEUMOLOGIE - EPANCHEMENT PLEURAL


Le plus souvent pathologie sur une autre

Les sicissures sont des séparation des lobes ligne horysontale qui part du creux axillaire au dessus lobe supérieur est séparé par la petite scicure et se prolonge derrière. La grand scissure part du 1/3 interne de la base du poumon, et passe sous le creux axillaire et remonte très haut a la partie post au quart supérieur de la face post
La petite sicure sépare le lobe supérieur
Radio de face : la (plèvre)viscérale contrient les lobes et entre les lobe il y a du liquide. Si il y a du liquuide on le voit car c’est un jeux de réaction inflammatoire est blanche. Donc l ‘épanchement pleural va suivre la sicure, de plus masquera le lobe on ne verra plus le poumon, courbe de damoiseau épanchement qui suit la grande scicure. Le liquides vont aller dans les sinus  de plus sont les inférieurs car cause pesanteur de plus c’est un lieu d e faible mobilité.

Recherche d’antécédents de tuberculose, streptocoque et de pneumocoque.
Recherche de réaction : rivalta positif ou négatif c'est à dire beaucoup de germe avec de la fibrine et l’autre peu de germe et pas de fibrine. Risque tendance a se souder a la plèvre. Il y a épanchement purulent et sérofibrineux.

Exploration fonctionnelle : syndrome restrictif restriction des volumes et adaptation des fréquences.

Traitement : antibiotique anti douleur ponctions évacuatrice anti inflammatorie.

Examen du patient
(forme marquée) malade hospitalisé. Unilatéral droit
Alité, coté homolatéral, chien de fusil pour détendre les abdo ;
Ventilation : fréquencerrespi augmentée, rapport I/E = sont égaux. Ventilation buco bucale. Pas de participation des inspirateurs accessoir et expirateurs. Mettre en dd ou semi assis pour voir une perturbation dans la syncronisation respiratoire ; il tous car plèvre richement innervé et irrite. Ne chrache pas. Le malade est fiévreux. Fonctionnel en fonction de l’age mais limite considérablement les activité.

Aspect psychologique : pas bonne réputation, fatigué fatiguables précotionneux

Objectif :
favoriser la résorbsion liquidienne
lutte contre la douleur
contre la formation des adhérance
éviter le syndrome restrictif.
Eviter les séquelles respiratoire et orthopédique

Principes :
- être patient et interventionniste

moyen :
changement de position.
Travail sur l’expiration (déplace empêche la fibrose) pression pleurale debout 0 partie supérieur –2.5 a la partie inf ; le T a l’expi favorise la résorbtion par le feuillet (resobtion des mol de protéines)
Ventilation croisée

Physiopatho : dinamique ventilatoire 2 période une d’épanchement.
Limitation de la dinamique par la douleur, le volume de l’épanchement et le siège de l’épanchement
Phase des séquelles : fibrose importance siège

Kiné traitement pendant la première phase 10 jours épanchement : inflammatoire, on place le sujet sur le coté sain ( car sur le coté malade bouche le cul de sac) on lui demande quques ventilation de grande amplitude ; on corrige la position de repos du sujet.

Après intensifie le T, en plus on fait un T en dd traditionnel qui est un T respiratoire, fréquence lente.

Seconde phase elle est ambulatoire : T diaphragmatique en dd en dl droit et gauche amplitude max libre sans resistance. T thoracique cimétrique dd , et asymtrique dl sain au dépard libre après mouvement du bras puis coussin sous les cotes ; pour la ventilation, le T respiratoire favorise résorbtion donc T dans le volume de réserve lentement T des abdos, inspi favorise mobilité du cul se sac et l’expi la résorbsion. T à l’espalier T de l’ouverture sur le coté, coté sain coté espalier et la main coté malade passe par de ssus la tête. Position de klapp « le grand faucheur ». T du transverse en quadrupédie. Périmétre de marche a augmenter, couplage de ventilation avec l’effort (temps inspi = ½ t expi). Escaliers 2/3 =I/E. peut durer plusieur semaines voir un mois.

3ième phase peut aller jusque 6 mois : lutte contre formation des séquelles. Les séquelles orthopédique, les déformations (scoliotique), améliorer le pronostic fonctionnnel. Etre intensif. Le T diaphragmatique dans son amplitude ( pas de charge additionnelle). Une posture inspi (pause inspi) pour étirer le tissus fibreux, en fonction de la position du patient on demande un mouvement suplémentairer peut se faire en dd dl sain(coussin sous le cotes) puis expiration max . tous les exercices de mobilisation thoracique ( batton main au dessus de la tête, inclinaisons, rotations).
Les grand moyen chercher l’essouflemmetn terrain plat escalier bicyclette piscine, orthèse de ventilation mécanique relaxateur de volume position assise

Peut d’opération pour des séquelles ;
Opération si mauvaise rééducation
Donc en phase préparatoire de la l’opératoire il y a rien

 

Element de surveillance de la kiné :.
Radiographie : par disparition des opacités (zones blanches)
Exploration fonctionnelle respiratoire

Signes indirects :
Amélioration fonctionnelle, dyspnée et gène respi

- -
- -
- -
 
 
2002 - 2017 © KineWeb.net : Aide Mémoire Cours de kinésithérapie | Annonces Kinés | Cabinet Medical | Bonjour chez vous !