Cours de Kiné en ligne
 
 
Recueil de cours Kinésitherapie : RHUMATOLOGIE
 
Accueil des cours de Rhumatologie :

RHUMATOLOGIE

ALGONEURODYSTROPHIE

Terrain :
Pathologie très fréquente qui touche les hommes et femmes de tous âges.

Etiologie :

Inconnue, cependant il semble que cela serait lié à des perturbations vasomotrices elles-mêmes dues à une exagération inadaptée du tonus sympathique et/ou à une augmentation de la sérotonine (neurotransmetteur qui agit sur la contraction des muscles lisses et sur la vasoconstriction).

Circonstances déclenchantes de l’A.N.D. dans 2/3 des cas :

les traumatismes locaux (A.N.D. au pied) :
fractures
luxations
entorses
chirurgie
immobilisation
les infections
les tumeurs
causes régionales :
vasculaire (syndrome épaule/main surtout coté gauche) :
infarctus
cardiopathie ischémique
péricardite
occlusion artérielle (coronaire)
neurologique :
radiculalgie
neuropathies périphériques
zona (réactivation du virus de la varicelle qui touche le système nerveux)
pleuro-pulmonaires (syndrome épaule/main) :
générales :
cancer
pleurésie
pneumothorax
thoracotomie
plait d’un nerf

centrales :
A.V.C. (accident vasculaire cerebral)
tumeur cérébrale
hyperthyroïdie
diabète
hyperurécémie
hyperlipidémie (triglicéride et cholestéral
terrain anxieux
les médicaments :
gardenal (antiépileptique)
isoniazide (antituberculeux)
la grossesse.

Diagnostic :

L’A.N.D. présente successivement les 2 phases suivantes :

chaude => 2 mois
froide ou atrophique => 6 à 18 mois.

 

Phase chaude :

Elle correspond au début de la maladie avec des douleurs vives, permanentes augmentées par la mobilisation, à type de brûlure ou de douleur neurogène (décharge électrique), douleur diurne et nocturne avec une hypersensibilité, avec une impotence fonctionnelle importante, avec un épanchement articulaire donnant une articulation pseudo-inflammatoire (pas de fièvre, d’adénopathie et signe biologiques).

Phase froide ou atrophique :

Elle correspond à la phase de résolution de la maladie également en l’absence de tout traitement et donc :

douleur qui disparaît
œdème qui régresse
la peau devient blanche lisse, fine et froide
chute des poils et des ongles
une articulation qui s’ankylose et qui au niveau d’une épaule devient une capsulite rétractile.

Les articulations les plus exposées aux séquelles :

main
coude
genou

Biologie :

aucune inflammation
liquide articulaire mécanique.

Imagerie :

radiographie
scintigraphie
I.R.M. (imagerie par résonance magnétique).

Radiographie :
Normale au départ puis déminéralisation mouchetée puis déminéralisation intense et homogène avec impression de disparition de la trame osseuse.
L’interligne articulaire est CONSERVEE.
La scintigraphie :

Hyper-fixation intense et majeure au niveau de la région douloureuse et mineure au niveau des articulations voisines.

I.R.M. :

Inutile (utile => diagnostic différentiel avec ostéonécrose aseptique).

Diagnostic différentiel de l’A.N.D. :

Phlébite après traumatisme
fracture de fatigue
pseudarthrose
arthropathie microcristaline
arthrite septique
ostéonécrose aseptique.

Traitements :

calcitonine en sous cutané (très fréquent) à dose progressive pendant 3 semaines chaque jour puis 2 à 3 fois par semaine
sympatholytique => bloc à la guanéthidine
vasodilatateur
béta bloquant
griséofulvine
symptomatique :
antalgique
physiothérapie bain écossais (alternance chaud/froid) pour la phase chaude

kinésithérapie :
phase chaude => travail isométrique progressif
phase froide => mobilisation active et passive.

 

- -
- -
- -
 
 
2002 - 2017 © KineWeb.net : Aide Mémoire Cours de kinésithérapie | Annonces Kinés | Cabinet Medical | Bonjour chez vous !