Cours de Kiné en ligne
 
 
Recueil de cours Kinésitherapie : RHUMATOLOGIE
 
Accueil des cours de Rhumatologie :

RHUMATOLOGIE - HANCHE BALLANTE

Hanche ballante résection tête et col en rhumatologie sur KineWeb.net

 
Cours de Kiné en ligne
 
 
Recueil de cours Kinésitherapie : RHUMATOLOGIE
 
Accueil des cours de Rhumatologie :

RHUMATOLOGIE - HANCHE BALLANTE

Encore appelée résection tête et col.

1.Introduction :

L’ablation d’une prothèse de hanche pour complication septique aboutit à la résection tête et col. Le sujet restera hanche ballante pendant environ 8 semaines et aura traité par antibiothérapie. En suite, le chirurgien reposera une prothèse de hanche.

Quelquefois pour des raisons bactériologiques ou orthopédiques, cette prothèse ne peut être posée, et dans ce cas, le patient restera en résection tête et col.

2.Conséquence biomécanique de l’ablation de la prothèse :

21.Au niveau de l’articulation :

Disparition totale de la capsule et des ligaments

Modification des rapports cotyle grand trochanter : Le grand trochanter se trouve assencioné au niveau du bord superieur du cotyl entrainant un racourcissement du membre inferieur de 4 à 7 cM.

Disparition des points d’appui fémoro-iliaque.

Après 3 semaines, constitution d’une pseudarthrose fibreuse ; véritable néo-articulation fémoro-iliaque maintenue passivement par un menchon fibreux organise entre fémur et l’iliaque. C’est à partire du 2ème et 3ème mois et à la rééducation musculaire que la moitié du poids du corps pourra être en charge sur cette hanche.


22.Au niveau musculaire : Le moyen fessier n’a plus aucune action d’abduction en absence de bras de levier mais participe au maintient du manchon fibreux qui se constitue au niveau du grand trochanter et favorise l’Ascension du fémur.

Le grand fessier s’horizontalise et perds son rôle d’extenseur de hanche celle-ci étant réalisée par les ischiaux jambiers. Il garde son action de rotateur externe.

Le petit fessier conserve une faible action de rotateur interne.

Le grand ADD et gracile restent adducteurs mais favorisent l’Ascension du fémur et donc le raccourcissement du membre inférieur.

Les long ADD pectiné et court ADD s’horizontalisent et deviennent coaptateurs fémoro-iliaque.

Le psoas iliaque perd son action de fléchisseur mais devient coaptateur.

La flexion de hanche n’est plus réalisée par le droit fémoral et le sartorius qui perdent de l’efficacité et le TFL.

Les pelvi-trochanteriens ont perdu leur rôle de rotateurs externes et deviennent coaptateurs.

Cette analyse musculaire explique l’attitude de la hanche en adduction rotation externe, car il existe un déséquilibre musculaire entre abducteurs rotateurs internes et adducteurs rotateurs externes qui sont plus dominants.

3.Les signes post-opératoires :

Douleurs importantes de la hanche.

Cuisse empattée et œdémateuse.

Amplitudes de hanche limitées principalement en flex ABD RI. Dans un premier temps, cette limitation est liée à la douleur puis à la fibrose.

La flexion du genou est limitée systématiquement et est liée à l’œdème post-opératoire de la cuisse et aux contractures douloureuses. Le verrouillage du genou est difficile et l’élévation jambe tendue est impossible. La flexion active du genou est possible mais plus performante avec un point d’appui au-dessus du genou.

Un raccourcissement du membre inférieur de 4 à 7 cM avec un piston. Et donc on constate une attitude en RE et ADD.

4.Rééducation après résection de hanche :

Après l’intervention, le patient peut être installé soit en traction suspension pendant 1 à 2 mois ou pas. On peut aussi mettre un espacer pour maintenir l’espace articulaire pendant la période de résection.

Avantage de laisser le sujet libre de toute traction suspension :

Limite les troubles de décubitus ;

Limite les problèmes cutanés au niveau des trous des broches transtibiales ;

Évite l’interposition du genou ;

L’absence de traction facilite la vie du patient en favorisant son autonomie.

La rééducation peut être plus dynamique et plus variée et le patient est plus motivé et participe plus à sa rééducation.

5.Objectifs et moyens :

Objectifs

Moyens

Calmer la douleur

Physiothérapie (chaud froid électrothérapie) tractions manuelles et mobilisations articulaires massage.

Récupérer la flexion de genou

Mobilisation articulaire, le genou retrouve 90°.

les attitudes Entretien articulaire de la hanche et corriger antalgiques

Traction caudale de la hanche. Chaque mobilisation sera faite avec une traction car moins de douleur et plus d’amplitude.

Entretien de la musculature du membre inférieur pour conserver la trophicité et élasticité musculaire

On privilégiera la contraction dynamique car la contraction statique augmente la composante ascensionnelle et coaptatrice. On travaillera au genou quadriceps et ischiaux jambiers

Développer la proprioception

Réveiller la sensibilité plantaire. Triple flexion dans l’axe du membre en actif aidé puis en actif, en suite en DV flexion de genou et de cheville sans mouvements de hanche.

Développer l’autonomie du patient :

au lit,

lors des transferts,

Lors du béquillage.

Pour le béquillage, mettre une semelle compensée.

NB : A partire d’une radio de bassin en décharge et en charge, et en charge, on demande une latéroversion homo latéral.

On mesure la différence de hauteur entre les trochanters en décharge. Ca donne le raccourcissement réel. EX 5cM

On mesure la différence de hauteur des grands trochanters en charge. Ca donne le piston. EX 6 cM donc le piston vaut 1 cM.

On mesure la différence de hauteur entre les crêtes iliaques après la latéroversion homolatéralle du bassin. On obtient la tricherie possible pour que le sujet compense. EX 2 cM.

Calcule de la semelle :

Raccourcissement + piston – latéroversion – 0,5.

5 + 1 – 2 – 0,5 = 3,5 cM.

- -
- -
- -
 
 
2002 - 2017 © KineWeb.net : Aide Mémoire Cours de kinésithérapie | Annonces Kinés | Cabinet Medical | Bonjour chez vous !