Cours de Kiné en ligne
 
 
Recueil de cours Kinésitherapie : SECOURISME
 
Accueil des cours de Secourisme :

SECOURISME - LA DETRESSE RESPIRATOIRE

C’est une faillite de l’appareil respiratoire pour assurer l'apport d'oxygène et le rejet de gaz carbonique : l’hématose (maintenir le volume normal de dioxygène et de dioxyde de carbone dans le sang).

La défaillance d’une seule composante du système respiratoire suffit pour provoquer une détresse.
En détresse respiratoire, il y a toujours un manque de dioxygène (hypoxémie), elle est associée à une hypercapnie (augmentation de dioxyde de carbone dans le sang circulant).

Il y a détresse dès qu'il y a :
altération,
la commande de centre respiratoire est atteinte,
l'ensemble cage thoracique – poumon est atteinte,
une mauvaise transmission entre les alvéoles et les capillaires,
une atteinte du débit cardiaque.

Volume courant, espace mort.

En cas d’hypoxie, le sujet est agité.
En cas de dyspnée, il faut oxygéner le plus tôt possible. Il faut penser à un obstacle sur les voies aériennes supérieures en cas de dyspnée inspiratoire. Nous effectuons alors la manœuvre de HEIMLICH.
En cas de dyspnée, il peut y avoir arrêt cardiaque. La dyspnée peut être associée à une inconscience.
Si hypoxie et hypocapnie : situation d'asphyxie.

A. Les signes de la détresse respiratoire :

reconnaître la gravité,
connaître les causes,
appliquer les 1ers gestes

1. Les signes de la détresse :
a) Sur le plan respiratoire :
La dyspnée, il peut s'agir d'une polypnée superficielle : respiration rapide ou superficielle, fréquence cardiaque en augmentation, et du volume thoracique.
Si la fréquence respiratoire est lente, on aura des bradipnées f < 8.
Si la fréquence respiratoire est élevée, on aura des tachipnées f > 30.

b) Régulation de la respiration :
Analyse de la gêne respiratoire porte sur le rythme, la fréquence et sur les variations de la respiration.
Respiration : abdominale paradoxale.

c) Existence
ou non de cyanose hypoxie,
de signes cutanés,
de sueur sur le visage = hypocapnie
agitation de la personne = 1er signe de l'hypoxie.

2. Les signes de gravités :
Chaque fois que la personne est épuisée sur le plan respiratoire, des troubles de la croissance.
Sur le plan respiratoire : chaque fois qu'il y a une cyanose, il y a un tirage, les personnes ne peuvent plus parler, il y a des pauses respiratoires.

De manière générale :
en présence de dispnée, il faut oxygéner la personne le plus rapidement possible,
en présence de dispnée inspiratoire, la personne a un tirage, pensé à l'inhalation d'un corps étranger,
en présence de dyspnée avec des critères de gravité : il y a urgence vraie, immédiate, arrêt cardiaque possible,
en présence de dyspnée avec coma : signes de gravité.

3. Causes de détresse respiratoire aigue :
altération de l'air inspiré,
intoxication au dioxyde de carbone : jamais de cyanose, traitement en caisson hyperbar (monoxithérapie).
Obstacle sur les voies aériennes (corps étranger), gêne à l'inspiration, bradipnée inspiratoire, méthode de HELMISH, méthode de MOFENSEN (pour les enfants), tape dans le dos,
Atteinte de la commande centrale respiratoire : tout coma profond cranien, cause neurologique, cause toxicologique,
atteinte des muscles respiratoires (myasthénie, myopathie) et de la loge thoracique,
atteinte du diaphragme, maladie musculaire,
atteinte des côtes,
atteinte de la plêvre : si plèvre percée : pneumothorax,
atteinte du parenchyme pulmonaire, entraînant des pneumonies, des contusions, de l’asthme, un œdème aiguë du poumon
Bradipnée et tachipnée entraîne un épuisement par la respiration :
si la personne ne peut plus parler,
dès qu'il y a cyanose très importante,
dès qu'ils sont agités,
si SaO2 < 95 %,, si > à 85 % + arrêt cardiaque.

4. L'attitude à avoir :
personne consciente : respecter la position dans laquelle elle se trouve,
toujours s'assurer de la liberté des voies aériennes,
reconnaître les signes, la gravité, donner l'alerte, la personne a besoin rapidement d'oxygène,
ventilation artificielle en attendant les secours.

5. Conclusion :
Il existe énormément de détresse de type respiratoire ; l’essentiel est de s’assurer de la liberté des voies aériennes supérieures.
En cas d’obstruction, il faut réaliser la manœuvre de HEINLICH.
Il faut oxygéner dès que nous le pouvons

 

- -
- -
- -
 
 
2002 - 2017 © KineWeb.net : Aide Mémoire Cours de kinésithérapie | Annonces Kinés | Cabinet Medical | Bonjour chez vous !