Cours de Kiné en ligne
 
 
Recueil de cours Kinésitherapie : SECOURISME
 
Accueil des cours de Secourisme :

INTRODUCTION AU SECOURISME

A. Les entorses :
C’est une pathologie fréquente, elle atteint l’appareil capsulo-ligamentaire des articulations, qui peut aller de la simple élongation à la rupture complète avec arrachement osseux.
Cela touche toutes les articulations dans lesquelles se trouvent des ligaments (cheville, genou, poignets).
Elle s sont classées par ordre de complication :
bénine,
modéré,
grave.
1. Les entorses cervicales :
Il peut aussi y avoir des entorses cervicales.

2. Les entorses des grandes articulations :
L’entorse se reconnaît suite à un mouvement anormal, qui se traduit par :
une douleur vive (qui existe toujours),
un gonflement de l’articulation,
la difficulté de la douleur à la réalisation des mouvements traditionnels.

3. Traitements généraux :
l’articulation doit être mise au repos,
lutter contre l’œdème lié à la réaction inflammatoire (bandage sérré, poche de froid),
prendre des anti-inflammatoires.
il faut limiter également les mobilisations, une radiographie de l’articulation concernée pour voir la gravité de l’entorse est indispensable.

Les entorses ne sont pas à négliger parce qu’elles sont génératrices de problèmes à distance.

B. La luxation :

C’est une atteinte de l’appareil capsulo-ligamentaire avec perte de contact plus ou moins total des surfaces articulaires.

Toutes les articulations peuvent être touchées, il faut mettre à part les luxations du rachis qui sont gravissime (s’il y a section de la moelle osseuse : paraplégie ou tétraplégie).
La plus fréquente est l’épaule, la cheville, la hanche.

1. Le mécanisme de la luxation :
Cela se passe lors d’un mécanisme violent et brutal, direct ou indirecte,
il n’y a normalement pas d’œdème, s’il n’y a pas d’atteinte ligamentaire,
il faut absolument immobiliser dans la position où la luxation se situe,

2. Les conséquences :
douleur majeur quand cela arrive,
suivit d’une déformation,
impotence fonctionnelle qui est importante voire totale.

3. Les conseils :
Ne pas réduire immédiatement une luxation, car il peut y avoir une luxation avec fracture (sauf pour les phalanges, on tire dans l’axe).
Immobilisé la personne dans la situation où elle se trouve.

C. Les fractures :

C’est une solution de continuité.
Cela peut atteindre toutes les parties osseuses.

1. La classifications :
les fractures simples,
les fractures comminutives (multiples fragments),
les fractures ouvertes,
les fractures à complications vasculo-nerveuses.

2. Les fractures des vertèbres :
Il faut mettre à part les vertèbres tant que le mur postérieur est respecté, la moelle osseuse est préservée, dans le cas contraire, on aura des problèmes majeurs graves.
a) Conseils :
(1) Blessé conscient :
Il faut demander : :
s’il a mal au dos, ou au cou,
s’il ressent sa sensibilité aux niveau des extrémités des membres,
s’il peut bouger les extrémités.
S’il ressent des fourmillement : PRUDENCE.
(2) Blessé inconscient :
Il faut considérer que tout traumatisé inconscient peut avoir un traumatisme de la colonne vertébrale.

Il faut ramasser le blessé avec un matelas coquille et un collet cervicale.

3. Les fractures au niveau des membres :
Il y a plusieurs types de fracture caractérisées :
déformé ou pas,
ouverte ou fermé,

4. Le mécanisme de la fracture :
direct (coup de pied),
indirect (principe de la torsion dite du ski).
a) Conséquences :
bruit,
état autour de la fracture (tissus mou).
b) Conseils :
découper les vêtements autour de la zone concernée.
On ramasse une fracture en effectuant une traction dans l’axe du membre

 

- -
- -
- -
 
 
2002 - 2017 © KineWeb.net : Aide Mémoire Cours de kinésithérapie | Annonces Kinés | Cabinet Medical | Bonjour chez vous !